Football national: Les raisons de l'échec





Malgré les réflexions menées sur le football camerounais, les stades de football camerounais n’attirent plus les foules. Pour cause : le manque d’engagement des acteurs pour la chose sportive, la non participation des pouvoirs publics, le manque de financement, le manque de sponsor.

Même quand sont programmés les derbys Unisport & FOVU, ou bien même les duels Unisport & canon, Unisport & union, Unisport & coton, canon& union, les stades ne connaissent pas leurs pleins d’œuf ce sont des affiches riche mais aux spectacles pauvres. Ce qui rassure que le football camerounais est de moins en moins attirant, avec des clubs qui ne sont plus que l’ombre d’eux tant sur le plan national que sur le plan international.

La preuve en est la position des grands clubs d’hier dans les classements du championnat depuis plus de deux ans et leurs participations aux compétitions africaine inter clubs. En dehors de coton sport de Garoua qui malgré tout tente de sauver la peau du Cameroun, et qui est malheureusement incapables de remporter des titres sur l’échiquier continental, le football camerounais connait pas mal de problèmes allant de l’instabilité des entraineurs à la tête des club, aux fractions des dirigeants au sein des clubs comme canon tonnerre, sable et bien d’autres de notre championnat camerounais.

Il y en a aussi une catégorie des clubs comme celui de l’Unisport, dont ses joueurs et dirigeants n’accordent pas leurs violons. Ce qui fait le lit de nombreux problèmes tels que : primes de signature non payées, Salaire impayé, primes de matchs inexistantes. Ainsi les résultats ne suivent pas. Ces clubs, depuis plusieurs années n’ont plus fait bonne prestation sur la scène continentale. Nous pouvons prendre l’exemple des éliminations précoces des clubs comme astres de Douala, union de la même ville et YOSA aux tours préliminaire des compétitions africaines inter club parfois sans le moindre but marqué et plus de deux encaissés. Aucun club camerounais n’estime plus crainte aux adversaires. Alors que dans les années 1980, dans tout le continent noir, on ne parlait que du grand canon, grand union, d’Oryx et même d’Unisport. Mais aujourd’hui, tous ces clubs ne sont plus que l’ombre d’eux même, ce qui nous fait croire que, celui qui pense qu’un lion ne dort pas se tromperait, car ici ce lion ne dort pas mais il est mort. Même la transformation du championnat qui est passé de championnat amateur au statut de championnat professionnel, n’est qu’une honte et ne semble pas être une réponse à notre football. Tout ceci semble aussi avoir une incidence au niveau international. Sur le marché des transferts de ce mercato, une période qui permet aux équipes de préparer leurs nouvelles saisons sportives. Aucun camerounais n’a pu décrocher un bon contrat même le meilleur buteur de l’histoire de la coupe d’Afrique des nations Samuel éto’o se cherche encore.

Le football camerounais ne suscite plus l’envie. Au-delà de l’absence du spectacle, force est de reconnaître que les infrastructures sont aussi l’une des cause de l’absence des supporters dans nos stades. Le comité de normalisation devrait prendre cet aspect de la chose au sérieux pour véritablement « normaliser notre football. »

Gabriel Yossa à Bafang

Laisser votre Commentaire