Compétitions Africaines : La Caf tacle les clubs amateurs





Dès la saison 2014-2015, les clubs devront brandir leur licence Caf avant de prendre part à une compétition sur le continent.

La recréation est terminée pour les clubs de football Africains. Du moins pour ceux qui n’ont pas encore muté vers le professionnalisme. Car, la confédération Africaine de Football entend travailler dès 2015 avec des équipes professionnelles et non plus amateurs. Pour cela, elle exigera aux clubs engagés dans l’une de ses compétitions, de présenter une licence Caf. Cependant, le précieux sésame s’obtiendra au prix de nombreux « sacrifices ». Sacrifices car, on sait que, exceptés l’Afrique du Nord et quelques rares équipes du sud du Sahara, tous les autres clubs sont amateurs.

En effet, pour obtenir la licence Caf, un club devrait se doter d’un stade digne de ce nom et homologué. La Caf va plus loin en exigeant aux clubs d’avoir un centre d’entrainement indépendamment du stade. Autre critère et pas des moindres, chaque club devrait avoir une équipe jeune comme c’est le cas avec des équipes professionnelles. Et pour encadrer tout cela, l’instance que dirige Issa Hayatou, demande aux clubs d’avoir un siège, un personnel salarié et un staff médical reconnu. La licence sera donc délivrée après que les équipes auront rempli ces conditions et surtout n’auront aucune dette envers leurs employés. Il était temps que la Caf frappe du poing sur la table, surtout que cette mesure date de 2008 lorsque la Fifa, qui est l’instance faitière du football mondial, exigeait aux clubs de devenir professionnels afin de pendre part aux compétitions internationales.

A la lecture de ces critères, on imagine naturellement que les clubs Camerounais auront du mal à obtenir le précieux sésame. Ce qui hypothéquera leurs participations aux compétitions Africaines. Outre Coton Sport de Garoua qui satisfait à quelques critères, tous les autres clubs Camerounais sont dans l’impasse. D’énormes efforts devront être faits afin de prétendre avoir sa licence Caf.

Achille Kamga

Laisser votre Commentaire